Entrevue avec les viticulteurs

 

Nous avons eu la chance de rencontrer Roger Boisdron (photo de droite) du Domaine du Moulin à Tillières (44) ainsi que Mickaël Tessier (photo de gauche) et Christophe Olivier du Domaine de la Pinardière à Vallet (44) qui ont accepté de nous parler de leur utilisation des fusées à iodure d'argent. Très bien accueillis, nous avons pu poser toutes les questions qui nous sont passées par la tête, et dont voici le compte-rendu.

 

Tessier         Roger Boisdron

 

Pour les vignerons, la grêle est un véritable fléau : en effet, si du gel peut détruire une récolte entière, une forte chute de grêle peut avoir des conséquences graves sur deux années successives ! Car la grêle, en plus d’abîmer le raisin, détériore aussi les pieds de vignes, sur lesquels poussent les raisins de l’année suivante ! Même quand la chute de grêle est de faible intensité, les dégâts sont importants : il suffit d’un grain de raisin éventré pour que la grappe entière pourrisse. Protéger les vignes de la grêle est donc une absolue nécessité ! À cet effet, les viticulteurs peuvent se procurer des fusées anti grêle. Ils les obtiennent par le biais des coopératives dont ils font partie. De cette façon, ils bénéficient de tarifs de groupe, car on considère qu’une caisse de 12 fusées coûte environ 1500€, ce qui pourrait peser lourd dans le budget des domaines. Les modèles de fusées ont fortement évolué depuis une trentaine d’années. Roger Boisdron nous a prêté une fusée datant de plus de trente ans ! Cet ancien modèle est composé d’un tube en carton contenant de la poudre, le propulseur, ainsi que d’une tête en plastique se vissant sur ce dernier et contenant un explosif, la cheddite, et environ 16g d’iodure d’argent. Quant aux nouveaux modèles, que nous avons pu voir au Domaine de la Pinardière, ils sont faits d’un seul tenant : tout le corps de la fusée est en plastique, et principale nouveauté, quatre ailettes sont fixées à sa base. Ainsi la fusée décolle bien verticalement, et ne tourne plus sur elle-même.

 

sans-titre-1.png

L’utilisation des fusées n’est pas particulièrement compliquée, mais elle nécessite d’importantes précautions ! Quand le temps est prévu orageux, les viticulteurs se tiennent prêts : la rampe de lancement, un grand piquet métallique dans lequel vient s’insérer la fusée, est solidement et bien verticalement plantée dans le sol, dans un endroit dégagé et éloigné des maisons.  

kljhs

;hjf;jcd

Quand des nuages noirs se détachent sur un ciel jaune orangé, c’est qu’il y a de fortes chances qu’il grêle. Aux premières grosses gouttes de pluie, il faut dérouler le fil électrique jusqu’à un endroit abrité, puis le brancher : la fusée décolle immédiatement. C’est l’avantage des nouveaux modèles : l’électricité permet de contrôler précisément le moment du lancement. Les anciens modèles, quant à eux, fonctionnaient avec des mèches lentes, qui se consumaient en 5 minutes environ. Mais cette durée étant très imprécise, cela posait de sérieux problèmes de sécurité.

 


La fusée partie, elle parcourt en moins de 30 secondes entre 2000 et 3000 mètres, puis sa tête explose, libérant l’iodure d’argent. Les viticulteurs n’ont pas besoin de viser un endroit en particulier du nuage, car les vents qui se trouvent en altitude se chargent de brasser les particules et de les répartir dans le nuage. Les effets se font vite ressentir, en moins d’une minute selon Mickaël Tessier : s’il grêlait déjà, les grêlons deviennent mous, voire de grosses gouttes d’eau froide. S’il ne grêlait pas encore, le viticulteur a alors la satisfaction de ne voir aucun grêlon tomber. Parfois, selon la taille du nuage, il est nécessaire de tirer deux à trois fusées ! Les viticulteurs travaillent véritablement ensemble pour lutter contre la grêle : en effet, comme le nuage d'orage se déplace à une grande vitesse, l'ensemencement profite à tous les vignerons qui se trouvent sur sa trajectoire. Par exemple, Roger Boisdron est très peu touché par la grêle, car les nuages viennent la plupart du temps de Vallet, où de nombreux viticulteurs utilisant des fusées se trouvent avant lui sur la trajectoire de la grêle.

 

Cette vidéo a été trouvée sur internet. Ici, afin que l'on puisse apercevoir la fusée le plus longtemps possible, les viticulteurs ont choisi un jour de beau temps. Lors des conditions habituelles de lancement, le ciel est très couvert et la fusée disparaît très vite.

Nous avons aussi interrogé les viticulteurs sur l'éventuelle pollution causée par les fusées anti-grêle et surtout par l'iodure d'argent qu'elles contiennent. Ils nous ont répondu que l'iodure d'argent étant dispersé par le nuage sur de nombreux kilomètres, il ne se retrouvait dans un endroit précis qu'en quantité minime, ne provoquant donc pas de pollution notable. Quant aux débris de la fusée subsistant après l'explosion, dans la plupart des cas, le vent les entraîne loin du point de lancement : il est donc difficile pour les viticulteurs de les retrouver. Ce sont souvent les agriculteurs qui les retrouvent dans leurs champs qui se chargent de les récupérer et de les jeter.


La dernière question que nous avons posée est celle de l'efficacité des fusées anti-grêle. Qu'y a-t-il de mieux, en effet, que d'obtenir l'avis de ceux qui utilisent cette méthode ? Les viticulteurs étaient unanimes : les fusées anti-grêle sont pour eux d'une efficacité certaine, et ils leur doivent la sauvegarde de bien des récoltes.


fusee.jpg


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens

Bienvenue dans l'univers scientifique de Maël, Morgane, Enora & Léa. Ici, vous en apprendrez plus sur l'ensemencement des nuages, une méthode pour faire pleuvoir artificiellement. Bon voyage ! 

Petit nuage mignon & souriant